April 19, 2019

Les dimensions du fourgon, le confort du camping-car : c’est le slogan créé par Wingamm pour le tout nouveau CitySuite, véritable maillon de liaison entre le fourgon classique, dont il reprend les dimensions extérieures et l’agilité, et le profilé monocoque en résine polyester, auquel il emprunte l’élégance, l’isolation et les vastes espaces intérieurs.

Véritable star des salons d’automne de Parme et de Paris, CitySuite fait partie d’un catalogue, celui de l’usine d’Arbizzano di Negrar, orientée depuis toujours vers l’offre de véhicules au fort caractère et aux particularités souvent uniques. Wingamm exploite tout le savoir-faire qu’elle a développé en plus de 35 ans d’histoire, de recherche et d’innovation, en complétant la gamme des séries connues et appréciées Micros, Brownie et Oasi, avec un clin d’œil à tous ceux qui sont à la recherche d’un véhicule polyvalent. En effet, d’un côté, le nouveau CitySuite propose à nouveau en intégrale toutes les caractéristiques des produits Wingamm (monocoque en résine polyester, verrouillages électriques Safety-Lock, ameublement intérieur moderne et soigné, exploitation optimale des espaces pour l’habitabilité tant de jour que de nuit grâce au désormais célèbre lit de pavillon longitudinal), de l’autre, le dernier-né se caractérise par les mêmes dimensions extérieures que le fourgon L2H2 du Fiat Ducato, sauf qu’il opte cette fois pour un empattement plus réduit tout au profit de la maniabilité, et pour un vaste espace de chargement arrière desservi par un hayon en forme d’aile de goéland. Associé au lit arrière avec réglage électrique de la hauteur, il permet sans aucun problème de charger des objets particulièrement encombrants. Un profilé monocoque, donc, qui a l’esprit fourgon mais qui offre beaucoup plus que ce dernier en termes de confort, d’isolation et d’espaces intérieurs, surtout dans la toute nouvelle version avec lit de pavillon, avant-première absolue testée pour ce numéro de CamperOnTest.

La mécanique.

Le Wingamm CitySuite est installé sur Fiat Ducato 35L avec châssis surbaissé Camping-Car Special et voies avant et arrière de 181 et 186 cm. Disponible avec toutes les motorisations proposées par Fiat (2.0 Multijet II 115 cv Euro5+, couple de 280 Nm, 2.3 Multijet II 130 cv Euro5+, couple de 320 Nm, 2.3 Multijet II TGV 148 cv Euro5+, couple de 350 Nm et 3.0 Multijet Power 177 cv Euro5+, couple de 400 Nm), le nouveau City Suite est proposé soit avec boîte manuelle (à cinq rapports pour le 2.0 Multijet II et à six pour les autres versions), soit avec boîte automatique à six rapports Confort-Matic (moteurs de 130, 148 et 177 CV uniquement). Il est installé sur le porteur turinois avec un empattement de 380 cm. La longueur totale, de 599 cm, est répartie entre un porte-à-faux avant de 94,8 cm et un arrière de 124,2 cm (soit 32,7 % de l’empattement). À l’instar de la caisse fourgonnée originale, la largeur extérieure reste limitée à 205 cm (197 cm à l’intérieur) et la hauteur totale est de 265 cm.

La version avec le lit de pavillon bénéficie d’une légère rehausse avant, étudiée pour permettre l’intégration optimale du lit, ce qui amène à une hauteur totale de 280 cm : à l’intérieur, la partie centrale de l’habitacle bénéficie de 198 cm disponibles, et sous le lit de pavillon, la hauteur utile varie de 188 cm au maximum à 179 cm au minimum. À l’avant, le CitySuite présente une hauteur du sol de 27 cm mesurée au centre du pare-chocs. La distance qui sépare le pare-chocs arrière du sol est de 49 centimètres.

La coque

Le City Suite est installé sur le Fiat Ducato version surbaissée Camping-Car Special : le plancher, posé sur les longerons, consiste en une structure sandwich de 30 mm d’épaisseur, composée d’un revêtement extérieur en multicouche phénolique, d’une isolation en polyuréthane expansé de 25 mm, d’une couche multicouche phénolique intérieure et d’un sol en linoléum.

La cellule est le point fort et la fierté de toute la production Wingamm. Elle est de type monocoque en polyester, réalisée en un seul moule par stratification d’un revêtement extérieur de 3 mm, d’une isolation en polyuréthane expansé de 25 mm, et d’un revêtement intérieur de 2 mm. La structure ainsi créée, qui est autoporteuse, assure une solidité et une rigidité excellentes sans points d’assemblage ni scellements, ce qui la rend insensible aux ennemis les plus redoutés : les infiltrations d’eau.

La finition intérieure de la coque est réalisée en revêtement de mousses matelassées et assortie à l’élégant revêtement en tissu lavable, également matelassé et très agréable au toucher, de la zone du lit de pavillon (plafond et cloisons latérales). Pour la continuité de style, les mêmes revêtements habillent toute la zone du lit de pavillon, qui est préformée et caractérisée par un jeu élaboré de formes intégrant les spots d’éclairage à leds.

Chaque composant de la cellule – et pas seulement le monocoque – est réalisé en résine polyester, à commencer par le pare-choc arrière et les feuillards latéraux, ces derniers incorporés directement dans la cellule monolithique pour assurer la résistance et la continuité de style. Les autres véritables points forts sont la porte et les portillons, réalisés également en polyester et sans encadrements : en effet, comme dans la meilleure tradition nautique, les butées sont fabriquées directement en moules. Valeur ajoutée supplémentaire : les solides charnières intérieures T.HI.R.D. (Total Hidden Rotation Device), et, depuis cette année, le système inédit et exclusif de verrouillage centralisé Safety Lock System, équipé d’une ouverture électrique de toutes les ouvertures de service (à l’exception de la trappe d’accès au réservoir amovible du WC Dometic).

De plus, la résine polyester est employée directement dans l’assemblage de la mécanique de base Fiat à la carrosserie monocoque : le châssis turinois est enrésiné directement avec la cellule d’habitation, ce qui garantit un raccord parfait avec les parois aussi bien supérieures que latérales, sans que des scellements supplémentaires soient nécessaires. L’image rendue est une parfaite continuité de style et une belle intégration entre les deux éléments.

De la même manière, le mobilier intérieur est non seulement vissé à la coque, mais il est également scellé par un scellant structurel spécial qui élimine les vibrations et les bruits, assurant le silence lorsque le véhicule est en marche. La fibre de verre est aussi utilisée pour la création de certains composants de l’ameublement ; c’est le cas du chambranle de la porte d’entrée, de tout le plancher du cabinet de toilette y compris du bac à douche et, toujours dans cette pièce, du lavabo circulaire.

L’extérieur

Comme nous l’avons dit, le City Suite présente les mêmes dimensions que la caisse fourgonnée Fiat, mais l’aspect extérieur est totalement différent du fourgon turinois, comme un clin d’œil, avec ses formes simples, douces et agréables, aux véhicules modernes de type monospace.

Comme tous les Wingamm, le tout nouveau CitySuite bénéficie d’une parfaite intégration entre la mécanique de base et la cellule en résine polyester, qui est une véritable filiation organique du Ducato.

L’union entre la cabine de conduite et l’habitacle est particulièrement réussie, comme souvent dans les réalisations de la Maison véronaise, au point qu’il est pratiquement impossible de déterminer où finit la carrosserie en tôles d’acier et où commence le monocoque, caractérisé par des formes fluides et filantes.

En effet, la partie supérieure du panneau frontal reprend en tout et pour tout le style de la mécanique automobile de base Fiat, et intègre de manière discrète et vraiment réussie la rehausse destinée à recevoir le célèbre lit de pavillon longitudinal développé par la Maison véronaise. Parfaitement intégré, il bénéficie d’un Sky View panoramique Dometic de forme trapézoïdale, entouré de deux échancrures douces et fonctionnelles, sur les côtés, qui partent du toit et vont dessiner un U se terminant à la hauteur du pare-brise, laissant l’espace pour y placer le logo Wingamm bien en évidence.

Le profil latéral du monocoque suit fidèlement la ligne de la cabine du Ducato, et s’élargit légèrement dans la partie haute, dessinant un joli profil en voile qui rappelle clairement « l’air de famille » avec les autres produits de l’usine véronaise, notamment l’Oasi. Dans la partie inférieure, le CitySuite poursuit les formes sinueuses engendrées par la cabine du Ducato, et reprend l’échancrure centrale de façon à briser efficacement les volumes du panneau, fluides et élégants grâce aux trappes entièrement intégrées par les charnières invisibles T.HI.R.D., conçues directement par l’équipe Wingamm, et au système de verrouillages centralisés et électriques Safety Lock.

Ainsi, les portes et trappes qui ont été développées selon des logiques typiquement automobiles, sont discrètes et à peine perceptibles, garantissant un aspect spécifiquement automobile dans toutes les zones du véhicule, y compris à l’arrière. Le vaste hayon en forme d’aile de goéland permet à ce véhicule de se transformer en quelques secondes en un fourgon polyvalent généreux pouvant charger et transporter des objets encombrants sans difficulté.

La cloison de queue exploite encore une fois les multiples possibilités offertes par la résine polyester, et dessine un contour caractérisé par l’intégration du troisième feu stop dans la partie supérieure. Les « colonnes » latérales abritent les groupes optiques originaux de la caisse fourgonnée Fiat Ducato ; elles sont développées en verticale et magistralement insérées dans un ensemble qui dessine un pare-chocs dans la partie inférieure, et qui peut facilement servir de marchepied pour faciliter la montée à l’arrière du véhicule.

Comme tous les produits Wingamm, le City Suite est disponible dans les dix teintes de carrosserie proposées par le constructeur de la mécanique de base. Il est présenté de série dans le blanc classique du nuancier Fiat. Le véhicule testé dans ce numéro de CamperOnTest adopte un élégant gris aluminium métallisé qui contribue à donner un profil élancé et à augmenter son élégance, même en l’absence du pare-chocs avant peint, proposé en option.

La peinture métallisée s’étend à tous les composants de la coque (grilles du réfrigérateur, goulot du réservoir d’eau potable, gaine d’aspiration et de vidange du boiler, intérieur de la porte d’entrée et des trappes de service), réalisant une parfaite intégration de tous les éléments. Le graphisme, plutôt en vue, joue sur les teintes anthracite métallisé et illustre le nom du modèle en l’associant à un logo réussi, évocateur d’un « urban contest » qui souligne encore une fois l’agilité et la polyvalence du CitySuite. Celui-ci se présente comme un camping-car ou comme un véhicule polyvalent que l’on peut utiliser tous les jours.

La vocation sportive du CitySuite est soulignée par deux panneaux « No Limits » apposés sur le capot et couronnant le hayon de la soute garage. La luminosité est assurée par quatre baies Dometic S7 avec cadre en aluminium, dont trois avec ouverture projetable et une coulissante, celle du bloc cuisine, pour ne pas faire obstruction à la porte d’entrée voisine.

La cabine de conduite.

Parfaitement intégrée à la cellule, la cabine de conduite du Ducato testé dans ce numéro de CamperOnTest est présentée dans une carrosserie gris aluminium métallisé.

La casquette cabine avant, au design net et tranché, a des lignes souples qui s’harmonisent avec beaucoup de naturel à la mécanique de base. Le mérite en revient sans conteste à l’excellent travail réalisé en phase de conception de la coque, calibrée en tout et pour tout sur le style du châssis-cabine Fiat, ainsi qu’au procédé d’assemblage du monocoque et de la cabine, qui élimine tout type de scellement apparent.

La cabine est séparée du reste de l’habitacle par un dénivelé de 10 cm dans le même plan que la zone salon, à la manière typique des camping-cars purs. Elle bénéficie d’un équipement de série comprenant : ABS avec EBD, airbag conducteur, lève-vitres électriques, verrouillage centralisé par télécommande (reliée à toutes les portes et trappes du véhicule, à l’exception de la trappe d’extraction du réservoir du WC à cassette), antenne radio intégrée dans le rétroviseur, sellerie d’appuie-têtes, vitres teintées, sièges cabine réglables et dotés d’accoudoirs, à portée circulaire, housses coordonnées à l’aménagement, enjoliveurs intégraux et pare-boue avant.

En plus de ces fournitures standard, le véhicule testé dans ce numéro de CamperOnTest ajoute l’airbag passager, la climatisation manuelle, le thermomètre extérieur, les rétroviseurs à réglage et dégivrage électriques et le régulateur de vitesse. Tous les CitySuite peuvent être équipés du système de contrôle de traction TractionPlus comprenant l’ESP et le Hill-Holder, de la poignée et du volant revêtus de cuir (de série sur les véhicules dotés de la boîte automatique Confort-Matic) et de tous les accessoires prévus par Fiat pour le Ducato transformé.

À l’intérieur, l’intégration à l’habitacle est assurée par des moules thermoformés qui relient le pavillon Fiat à la casquette Wingamm. Le tout est personnalisé grâce à de jolis ajouts matelassés et habillés de tissu. Les accessoires de la cabine de conduite comprennent également trois poches pratiques en tissu, situées sous le lit de pavillon parental, faciles d’accès y compris pendant le voyage.

Enfin, le passage vers l’habitacle est plutôt aisé : malgré la présence du lit de pavillon parental et une hauteur extérieure assez réduite, il reste une hauteur utile disponible de 160 cm et une largeur, mesurée au niveau des accoudoirs, d’environ 28 cm.

On aura compris que la cabine originale garantit une parfaite accessibilité aux organes mécaniques, par le capot moteur de 176×53 cm. Un autre atout convainquant est la visibilité, identique à celle du châssis-cabine original, grâce au pare-brise (176×100 cm), aux vitres latérales (75×68,4 cm) et aux rétroviseurs double optique (27×19 et 8×19 cm) dotés de bras standard, car le CitySuite a exactement la même largeur que le châssis-cabine original. Le pare-brise est équipé de deux essuie-glaces de 66 et 56 cm.

Accès et ouvertures de service

L’accès se fait par l’avant, par une porte en résine polyester réalisée directement par Wingamm. Elle est dotée de deux charnières invisibles T.HI.RD. et d’une serrure de sécurité originale Fiat, reliée au verrouillage centralisé du véhicule. Ses dimensions sont de 184 cm pour la hauteur utile et de 66 cm pour la largeur. Une garniture profilée est interposée le long du pourtour. Sur le côté intérieur, on trouvera deux pratiques vide-poches ouverts.

Le seuil d’entrée, situé à 56 cm du sol, est doté d’un solide plan profilé en aluminium larmé qui protège le montant inférieur de la porte. L’accessibilité au véhicule est excellente, grâce à un marchepied électrique Project2000 (en option) de 50×20 cm qui, une fois déplié, se positionne à 34 cm seulement du sol.

Le marchepied électrique est commandable par un interrupteur situé à côté du bloc cuisine, doté d’un tableau de signal sonore en cas d’ouverture accidentelle éventuelle.

À droite de la porte, en direction de la queue du véhicule, on trouvera les grilles d’aération et de purge du réfrigérateur trivalent Dometic, ainsi que le goulot de ravitaillement du réservoir d’eau potable. Le grand espace de chargement aménagé sous le lit parental transversal est accessible par la cloison arrière grâce à une belle trappe de 139×120 cm.

Le City Suite est doté d’une ouverture en aile de goéland, de charnières invisibles intégrées T.HI.R.D., d’une garniture d’étanchéité, de vérins à gaz de maintien et d’une serrure électrique à double ancrage Safety Lock. Le seuil de chargement est situé à 64 cm du sol et la volumétrie intérieure est de 130 cm pour la longueur utile et 123 cm pour la largeur. Sur les véhicules dotés d’un système électrique de réglage du lit arrière, la hauteur peut varier d’un minimum de 85 cm à un maximum de 135 cm, ce qui permet dans ce dernier cas de loger des chargements particulièrement encombrants.

Le plancher du plan de chargement, revêtu de linoléum, est le même que celui du véhicule. Sur les côtés extérieurs, il est délimité par deux meubles longitudinaux aménagés au-dessus du passage de roue arrière : celui de gauche, en particulier, abrite la soute à gaz (accessible de l’extérieur et entièrement scellée), le boiler à gaz Truma B10, la pompe à eau et les vannes d’isolement du gaz. La partie supérieure comprend un espace de rangement ouvert de 125x36x52 cm.

Sur le côté opposé, le meuble longitudinal abrite deux tiroirs (54x29x16 cm chacun), le réservoir d’eau potable et le robinet de vidange. Toujours dans la soute arrière, on trouvera le chauffage avec une bouche de canalisation de l’installation Webasto située sur le côté gauche du véhicule, ainsi que l’éclairage, avec un spot halogène installé en bas du meuble latéral, à droite, facile d’accès surtout de l’extérieur.

Le panneau gauche, à l’arrière, reçoit la soute à gaz : conçue pour contenir une bouteille de 10 kg et une de 5 kg, elle est entièrement moulée en résine polyester, et elle offre un espace utile de 57x32x80 et 26x35x53 cm fermé par une trappe monobloc en résine polyester de 51×77 cm équipée de charnières T.HI.R.D. et d’une serrure électrique Safety Lock.

Le seuil de chargement est situé à 57 cm du sol. La soute possède un réducteur de pression GOK avec un robinet d’ouverture rapide et un verrouillage du flux de gaz, des crochets de fixation des bouteilles et trois grilles circulaires d’aération de 6 cm de diamètre, situées sur le plancher.

À côté de la soute à gaz, les techniciens Wingamm ont placé la gaine d’aspiration et de purge du boiler à gaz Truma B10, et toujours sur le panneau de gauche, la trappe pour l’extraction du réservoir des eaux usées du WC Dometic CTS4000 et la prise de branchement électrique à 220 V.

Aménagements

L’autonomie en eau est assurée par un réservoir de 100 litres en polyéthylène linéaire alimentaire situé à proximité du passage de roue arrière droit. Il est accessible par une trappe de 19×29 cm dans la partie inférieure du meuble latéral droit, à l’intérieur de l’espace de chargement arrière, pour les opérations de vidange (vanne de vidange intérieure).

Depuis le réservoir, les tuyauteries tressées et les colliers inox permettent d’atteindre la pompe à eau Shurflo Trail King 7, située à l’intérieur de l’espace de chargement arrière, mais sur le côté opposé : les tuyauteries courent sous le véhicule, à l’intérieur d’une ramification de la canalisation de chauffage Webasto AirTop, ultérieurement protégée par une gaine en néoprène de 10 mm d’épaisseur.

La pompe à pressostat, qui débite jusqu’à 7 litres d’eau/minute, est placée à l’horizontale sur une embase spéciale anti-vibrations. Elle est accessible pour le nettoyage et l’entretien, par une trappe de 46×46 cm qui dessert également le boiler voisin.

Depuis la pompe à eau, elle dessert les mitigeurs en métal chromé de la cuisine, de la douche et du cabinet de toilette. L’eau est ensuite aspirée par des bondes inox (de 35 mm avec siphon inspectable pour la cuisine, de 50 mm avec une tuyauterie simulant la présence du siphon du cabinet de toilette) avant d’être acheminée dans des tuyaux annelés jusqu’au réservoir des eaux usées extérieur de 50 litres, situé sous le couvercle et doté en option d’isolation et de chauffage.

Enfin, les WC sont le modèle Dometic CTS 4000 à tasse pivotante en céramique, dotés d’un réservoir amovible de 19 litres.

Le chauffage est assuré par le système Webasto AirTop 2000, installé dans le bas de caisse et alimenté au gasoil. Il distribue la chaleur (2 kW) à travers une canalisation intérieure de quatre bouches, à laquelle s’ajoute la ramification desservant la portion extérieure de tuyauterie de l’installation hydraulique.

Le réseau de distribution de la chaleur se développe entièrement à l’intérieur du véhicule, ce qui minimise les dispersions de chaleur possibles. Le tableau de commande et la sonde thermostatique sont situés, respectivement, au-dessus de la porte d’entrée et le long de la colonne dédiée au réfrigérateur et à la penderie.

La production d’eau chaude sanitaire est assurée par un chauffe-eau classique à accumulation Truma B10, d’une capacité de 10 litres, alimenté au gaz. D’une puissance de 1,5 kW, il alimente les robinets de la cuisine, du cabinet de toilette et de la douche. Il est situé dans la partie arrière gauche du véhicule, sous le lit arrière, à l’intérieur d’un espace fermé par une trappe latérale de 46×46 cm. Le tableau de commande se trouve sous le lit parental arrière, dans l’angle inférieur droit (au moins sur le tout premier prototype testé dans ce numéro de CamperOnTest).

L’installation électrique est placée en grande partie dans l’embase du siège passager, dans la cabine de conduite. Elle comprend une batterie supplémentaire AGM de 95 Ah (Exide sur le modèle testé) munie d’un chargeur de batterie et d’un transformateur CBE CB 510.

Le tableau de distribution (CBE RB300) se trouve sur le côté et il est accessible depuis la porte passager. Le tableau de commande des appareillages électriques, le tout nouveau CBE PC180, est situé au-dessus de la porte d’entrée.

Réalisé par le célèbre fabricant du Trentin, il offre un design agréablement contemporain, caractérisé par une double rangée de boutons (supérieure et inférieure) qui permettent une commande immédiate de l’interrupteur général, des appareillages à 12 V, de la pompe à eau et de l’éclairage. Il renseigne sur la tension des batteries du moteur et des services, les niveaux des réservoirs d’eau potable et d’eaux usées, et il permet de régler la luminosité nocturne du tableau, de façon à ne pas gêner le repos de l’équipage.

Toujours en ce qui concerne l’installation électrique, l’interrupteur magnétothermique doté de disjoncteur différentiel est placé à l’intérieur du coffre avant, sous la banquette face route, alors que l’onduleur nécessaire au fonctionnement du lit électrique arrière est logé à côté du réservoir d’eau, au dos des tiroirs, dans l’espace de chargement arrière.

L’éclairage intérieur est entièrement à leds et comprend cinq spots insérés en losange sous le lit de pavillon, deux spots circulaires orientables pour le lit descendu, un tube de 18 leds inséré sous le placard latéral gauche dans le salon, et un deuxième tube de 18 leds desservant le bloc cuisine.

Un autre tube de 18 leds dessert le cabinet de toilette, alors que la chambre à l’arrière est éclairée par deux spots orientables et utilisables comme liseuses. Comme nous l’avons dit, l’espace de chargement est éclairé par un spot halogène utilisable également de l’extérieur. Toujours en ce qui concerne l’installation électrique, le CitySuite possède deux prises intérieures à 12 V (pour l’entrée et le cabinet de toilette) et deux à 220 V (entrée et cabinet de toilette).

Concernant l’installation du gaz, une soute extérieure a été conçue pour recevoir une bouteille de 10 kg et une deuxième de 5 kg, avec un réducteur de pression GOK et un robinet général de sécurité. Concernant l’alimentation des plaques de cuisson, du réfrigérateur et du boiler, l’installation consiste en une tuyauterie en acier équipée de trois vannes d’isolement placées à côté de la pompe à eau, sous le lit arrière.

Meubles et habillage

Modernes, lumineux et très personnels, les intérieurs sont réalisés en essence Vintage Wood, avec une alternance agréable de surfaces laquées brillantes et de surfaces laminées qui imitent le bois patiné par les ans.

Cette combinaison, d’une réussite totale, est associée à des bords profilés de qualité en bois massif, arrondis et anti-chocs, qui délimitent les volumes et jouent agréablement sur des formes douces afin de dilater les espaces de la cellule d’habitation.

Les meubles sont réalisés en contreplaqué multicouche laminé de 15 mm d’épaisseur. Les composants sont de qualité, avec des charnières en acier inox Grass à usage domestique et un système de maintien par vérins à gaz.

Tous les placards sont entièrement revêtus à l’intérieur : le fond n’est pas la cloison du véhicule, comme cela arrive souvent, mais un laminé plastique judicieusement profilé. L’assemblage est précis et soigné, les profils de finition sont en caoutchouc anti-vibrations, le verrouillage est assuré par les boutons push-lock classiques.

Ainsi que le veut la tradition Wingamm, plusieurs éléments sont réalisés en résine polyester : le bac à douche et l’élégant lavabo du cabinet de toilette, mais aussi les revêtements intérieurs du hayon et de la porte d’entrée, au profil résolument automobile.

Le plan de la table est ancré à la cloison et muni d’un pied repliable et d’une rallonge coulissante. D’une épaisseur de 3 cm, sa surface est anti-rayure. Le profil du pourtour, recherché, est en bois massif, et comme pour le mobilier, il permet de briser les volumes et d’harmoniser le tout avec la sellerie intérieure « Vintage Glamour Orange », caractérisée par une belle alternance de revêtements en cuir écologique ivoire et d’ajouts en tissu orange.

Le City Suite est proposé de série en deux variantes : Vintage Glamour Orange, dernier-né de Wingamm, proposé également dans la version « Vintage Glamour Green », avec un revêtement en cuir écologique café et des ajouts en tissu vert. En option, les tissus « Londra », « Parigi », « Savannah », « Sukey Grey », « Wisteria » et « Scotland Grey », connus et appréciés sur les gammes Oasi, Brownie et Micros.

Le coussinage, confortable et ergonomique, a des épaisseurs variables de 14 à 16 cm et il est disponible dans la version avec petite banquette traditionnelle, que nous avons trouvée sur le véhicule testé dans ce numéro de CamperOnTest, ou bien dans une version intéressante avec des sièges de type « car » pour un plus grand confort y compris pendant les longs trajets.

Enfin, le lit arrière est doté d’un sommier à lattes, avec système de réglage électrique de la hauteur fourni par Nuova Mapa, et il opte pour un matelas Memory Foam de 13 cm d’épaisseur. Le lit de pavillon longitudinal, depuis toujours fleuron de Wingamm, est très bien intégré au plafond et possède un sommier à lattes (dont l’extrémité peut s’allonger) et un matelas de 10 à 13 cm d’épaisseur suivant les composants.

Le salon

Le salon du CitySuite occupe la partie avant du véhicule. Intégré à la cabine de conduite, il possède des fauteuils sur embase pivotante et il se compose d’une demi-dînette avec une banquette face route de 91×48 cm et une table ancrée à la cloison de 90×60/50 cm. Grâce à sa portion circulaire de 59 cm de diamètre, pivotante et située directement sous le plan de travail, elle permet d’accéder facilement au siège passager du Ducato et offre ainsi quatre places confortables.

La table est fixée à la cloison (avec une possibilité de translation d’environ 30 cm) et elle est dotée d’un pied cylindrique démontable. Elle est située à 83 cm du sol et laisse une hauteur utile de 14 à 16 cm sous les jambes des convives, selon la position de la rallonge coulissante.

Comme nous l’avons dit, la zone salon est rehaussée de 10 cm par rapport au reste de l’habitacle, ce qui la place au même niveau que la cabine de conduite et permet de faciliter l’utilisation des sièges cabine et de la petite banquette arrière, avec toutes les assises placées à 62 cm du sol.

La luminosité du salon est assurée par la grande vitre de la cabine de conduite et par une baie Dometic S7 de 90×45 cm. Il est éclairé par cinq spots circulaires à leds, insérés sous le lit de pavillon. Un tube de 18 leds placé au bas du placard latéral de gauche peut être utilisé comme liseuse.

Le rangement est constitué d’un placard haut de 76x15x24 cm (avec une porte de 70×20 cm) et de tout le coffre de la banquette face route (85x59x39 cm) accessible par un couvercle à charnières de 60,5×34 cm.

Les équipements

Le bloc cuisine est placé à l’avant, face à la zone salon. Fonctionnel, il s’étend le long du panneau de droite, juste derrière la cabine de conduite.

Le plan de travail mesure 97 cm et sa largeur varie d’un minimum de 48 cm à un maximum de 51 cm. Sa bordure élégante est en bois massif. Sur la gauche, il comprend un évier circulaire en acier inox Dometic Smev de 36 cm de diamètre et de 12 de profondeur, équipé d’un joli mitigeur en métal chromé personnalisé du logo Wingamm et d’une bonde de vidange inox de 35 mm avec siphon inspectable.

À côté, sur la droite, se trouve le plan de cuisson, fourni cette fois encore par Dometic Smev : de forme rectangulaire, il est protégé par un couvercle/pare-feu classique en verre trempé, il mesure 48×37 cm et il comprend deux feux à gaz de 50 et 60 mm de diamètre situés à 22 cm l’un de l’autre, avec allumage manuel piézo intégré.

La forme légèrement bombée du bloc permet d’avoir un minimum de plan de travail (d’environ 70×12 cm). Pour les opérations qui nécessitent plus de place, il faudra utiliser la rallonge de la table voisine. L’aération est assurée par une baie Dometic S7 de 70×45 cm avec ouverture coulissante pour ne pas faire obstruction à la porte d’entrée voisine. Le rangement est particulièrement vaste et bien organisé grâce à un placard haut (51x15x24 cm et porte de 44,5×20,5 cm), à une étagère ouverte fonctionnelle (83x13x12/7 cm) dotée d’un bord anti-chute, et à plusieurs rangements bas.

En effet, toute la partie basse du bloc cuisine est parfaitement accessible et exploitable grâce à deux tiroirs du haut (chacun de 74x44x9 cm) et à un coffre en bas (74x44x19 cm).

La luminosité est assurée par cinq spots circulaires à leds insérés sous le lit de pavillon, et par un tube de 18 leds situé sous le placard latéral. La cuisine comprend un réfrigérateur Dometic RMS 8401 de 95 litres, avec technologie led, le choix automatique de la source d’alimentation et l’éclairage intérieur automatique placé au bas de la colonne de la penderie.

Situé au centre, le cabinet de toilette s’étend le long du panneau gauche, derrière le salon, pour un espace de 90×90 cm fermé par une porte à battant convexe de 167×46 cm, avec une seuil d’accès à 17,5 cm.

Il est doté d’un plancher en résine polyester, d’une bonde de vidange inox majorée de 50 mm. Son mobilier élégant et moderne reprend en tout et pour tout l’essence Vintage Wood du reste de l’habitacle.

Il comprend également les WC à cassette Dometic CTS4000 à tasse pivotante en céramique, avec un réservoir amovible de 19 litres, un meuble pratique en L qui couvre la cloison gauche et comprend, à l’arrière, un lavabo circulaire de 26 cm de diamètre (13 de profondeur) en résine polyester, équipé d’un mitigeur en métal chromé et d’une bonde de vidange inox majorée de 50 mm, avec la tuyauterie de vidange coudée qui simule l’intervention d’un siphon.

Éclairé par une baie Dometic S7 de 80×35 cm munie d’un unibloc occultant avec moustiquaire, le cabinet de toilette bénéficie d’équipements soignés et fonctionnels, avec un rangement bien organisé autant en haut (deux placards avec une porte à miroir de 34,5×38,5 cm, deux espaces bas de 41x13x18 et deux espaces hauts de 41x11x18 cm) qu’en bas (porte convexe de 47×30 cm, deux rangements superposés de 35x40x30 et 35x40x33 cm).

L’éclairage est assuré par un tube de 18 leds ultrabrillants au plafond. Détail intéressant, le cabinet de toilette du CitySuite dispose de deux prises de courant (à 12 V et 220 V, cette dernière située à l’intérieur du meuble bas du lavabo et bien protégée).

Les placards du haut sont entièrement revêtus de miroir, offrant une surface totale de 90×47 cm. La douche, moulée dans le cabinet de toilette, a un plancher en polyester, elle est dotée d’une bonde de vidange majorée, d’une colonne équipée d’un mitigeur et d’une douchette insérée sur un montant réglable.

L’espace douche, de 90×53/45 cm, peut être fermé par un rideau de séparation classique à tringle au plafond (pas encore monté sur le véhicule testé dans ce numéro de CamperOnTest).

Zone lit et armoires

Positionné en queue, le lit parental transversal mesure 189×130 cm. Il est doté d’un sommier à lattes et d’un matelas MemoryFoam de 13 cm d’épaisseur, et il est relié à un système de montée/descente électrique fourni par Nuova Mapa, qui permet une excursion de 50 cm et de positionner le lit à la hauteur souhaitée, pour tirer le meilleur parti du potentiel de l’espace de chargement.

En particulier, il se trouve à 110 cm du sol lorsqu’il est entièrement abaissé, et il bénéficie d’une hauteur sous plafond utile de 88 cm. À l’opposé, à savoir lorsque l’équipage souhaite utiliser le vaste garage arrière pour le transport d’objets encombrants, on peut le faire remonter jusqu’au niveau des placards latéraux et libérer en conséquence une hauteur utile sous plafond de 135 cm.

Le lit est éclairé par une baie arrière Dometic S7 de 120×30 cm et par un lanterneau de toit Dometic MiniHeki de 40×40 cm. Une bouche du chauffage Webasto se trouve dans l’espace de chargement situé en dessous. En hauteur, on trouvera deux rangées de placards, une par côté.

Deux espaces de rangement de 58x24x34 cm sont fermés par des portes de 60,5×30 cm.

Deux liseuses orientables sont situées à droite du lit, qui se trouve à côté de la penderie fermée par une porte de 48×87 cm. Son volume utile intérieur est de 46/38x49x102 cm et elle comprend la tringle classique.

Deux autres couchages sont également disponibles à l’avant, grâce au lit de pavillon longitudinal classique : véritable particularité de chaque véhicule Wingamm, le lit est entièrement intégré au plafond, lorsqu’il n’est pas utilisé, grâce à la rehausse centrale qui libère une hauteur utile sous plafond de 188 cm. Lorsqu’on en a besoin, il descend sur le salon en quelques secondes (après avoir enlevé les appuie-têtes des sièges de la cabine de conduite) et laisse toujours la porte d’entrée libre, quelle que soit sa position.

Doté d’un sommier à lattes et d’un matelas de 10 cm d’épaisseur, le lit offre une largeur utile de 130 cm et une longueur de 190 cm grâce au dispositif qui permet de le déplier, une fois que l’on a abaissé le lit de pavillon.

Il est éclairé par le maxi Sky View panoramique Dometic de 65×65 cm intégré dans la casquette cabine avant et comprend deux liseuses avant orientables. L’ambiance où se trouve le lit est élégante et soignée, avec une hauteur sous plafond matelassée, personnalisée avec le logo Wingamm avant en relief. Il se place à 137 cm du sol et bénéficie d’une hauteur sous plafond, mesurée au centre du dôme, de 71 cm (59 cm au minimum à proximité de la fin de la rehausse arrière).

Éclaté des aménagements

Données techniques

Wingamm CitySuite
Dimensions et places
Typologie Profilé
Dimensions 599x205x280 cm
Places carte grise 4
Couchages 4
Places dans le sens de la marche avec ceinture de sécurité 4
Porteur
Mécanique Fiat Ducato 35L avec voie arrière standard, châssis surbaissé Camping-Car Special
Empattement 380 cm
Porte-à-faux avant 94.8 cm
Porte-à-faux arrière 124.2 cm
Motorisation de base 2.0 Multijet II euros 5+ 115 cv
Motorisations en option 2.3 Multijet TT euros 5+ 130 cv2.3 Multijet Euro5+ TGV (Turbine à Géométrie Variable) 148 cv3.0 Multijet Power Euro5+ 177 cv
Traction avant
Accessoires de série ABS avec EBD, airbag conducteur, lève-vitres électriques, antenne radio intégrée dans le rétroviseur droit, sellerie d’appuie-têtes, verrouillage centralisé par télécommande multifonction, enjoliveurs intégraux, vitres teintées, kit de dépannage pneus Fix&Go, pare-boue avant, pneus camping-car, pré-câblage autoradio, sièges cabine sur embase pivotante et réglables en hauteur.
Poids total en charge kg 3500 kg.
Poids déclaré à vide kg 2700 kg
Charge utile kg 800
Coque
Carrosserie Monocoque composé d’une double peau en résine polyester (3 mm extérieur, 2 mm intérieur) isolée avec du polyuréthane expansé de 25 mm. Porte et trappes moulées directement en résine polyester sans avoir besoin de cadres, charnières invisibles T.HI.R.D., serrures intérieures pour les trappes latérales avec ouverture de l’intérieur. Feuillards et pare-chocs arrière moulés en un corps unique avec la coque en résine polyester. Plancher sandwich résine polyester / multicouche phénolique / polyuréthane / multicouche / linoléum.
Épaisseursplancher/cloisons/toit mm 30/30/30
Garage ou soutes Espace de chargement arrière de 130×123 cm avec hauteur variable d’un minimum de 84 cm à un maximum de 135 cm grâce au système E-Line de réglage de la hauteur du lit. Accès extérieur par hayon en aile de goéland de 139×120 cm, seuil de chargement à 64 cm du sol, éclairage et chauffage.Vide-poches ouvert de 135x36x52 cm (côté gauche), deux tiroirs de 54x29x16 cm (côté droit).
Porte et baies Porte monobloc en résine polyester dotée de charnières invisibles T.HI.R.D., serrure de sécurité électrique et commandable par télécommande, moule en contre-profil intérieur en résine polyester équipé de poignée et de vide-poches, marchepied électrique Project2000 (en option). Quatre baies Dometic S7 ultra plates cadre en aluminium, Sky View panoramique Dometic avant de 65×65 cm, un lanterneau Dometic MiniHeki de 40×40 cm. Ouvertures de service à commande électrique, possibilité d’actionnement par télécommande, bouton intérieur et système AutoLock en mode route (Safety Lock System).
Équipements/Services
Gaz Soute extérieure en résine polyester pour une bouteille de 10 kg et une de 5 kg avec réducteur de pression GOK, crochets de fixation des bouteilles et robinet général.
Chauffage et boiler Webasto AirTop 2000 alimenté au gasoil (2 kW) installé dans le bas de caisse, canalisation intérieure par quatre bouches plus segment dédié à l’installation hydraulique. Boiler à gaz à accumulation Truma B10 de 10 litres. Possibilité en option de demander le chauffage Webasto AirTopEvo 3900 (3.9 kW), toujours associé au boiler Truma B10, ou le Webasto DualTop RHA100 de 6.0 kW avec boiler intégré.
Electricité Batterie supplémentaire Exide AGM 95 Ah, chargeur de batterie CBE CB510. Tableau de commande CBE PC180, éclairage intérieur à leds par des spots et des tubes, deux prises intérieures à 12 V, deux à 220 V, câbles protégés par une gaine et des boîtes de dérivation.
Eau Réservoir d’eau potable intérieur de 100 litres, réservoir d’eaux usées extérieur de 50 litres, chauffage et isolation en option. Tuyauterie tressée antigel, colliers, pompe à eau Shurflo Trail King 7, mitigeurs en métal chromé, bondes de vidange inox de 35 et 50 mm de diamètre, siphons inspectables (ou tuyauterie avec effet siphon), tuyauterie de vidange annelée. WC Dometic CTS 4000 avec tasse en céramique et réservoir amovible de 19 litres.
Prix et accessoires
Prix de base 59 895 euros (avec TVA FF)
Prix du véhicule essayé
Comprenant : Motorisation 2.3 Multijet II Euro5+ 130 cv (1573 €) ; airbag passager (302,5 €) ; climatisation manuelle (1331 €) ; régulateur de vitesse (242 €) ; sièges cabine avec accoudoirs (181,5 €) ; rétroviseurs électriques dégivrants (229,9 €) ; marchepied électrique avec signal sonore (447,7 €) ; lit de pavillon avant (4573,8 €) ; système de montée/descente électrique E-Line pour le lit arrière (2032,8 €) ; peinture métallisée (3121,8 €).Total véhicule sur CamperOnTest 73 931 euros

Notre avis
Costruzione
Construction
Fiat Ducato 35L surbaissé Camping-Car Special et empattement de 380 cm.
Sécurité
De série ABS, EBD et airbag conducteur. En option : airbag passager, régulateur de vitesse et ESP comprenant TractionPlus et Hill Holder.
Volumétrie et poidsEmpattement long, porte-à-faux arrière très réduit, largeur identique à celle du fourgon Fiat, profil avant aérodynamique.
Coque et matériaux
Monocoque en résine polyester à double peau isolée avec du polyuréthane expansé, portes et trappes moulées directement en résine polyester et munies de charnières invisibles dernière génération, serrures automobiles avec commande électrique et centralisée.
Assemblage et finitionsParfait assemblage avec la cabine assuré par le résinage, aucun raccord visible.
ComposantsPorte d’entrée et trappes réalisées en résine polyester sans avoir à utiliser de cadres. Charnières invisibles, serrures de qualité automobile. Baies ultraplates Dometic S7, Sky View et lanterneau de toit Dometic.
Installation hydrauliqueGrande disparité entre la capacité du réservoir d’eau potable et celui des eaux usées, plutôt petit. Composants de qualité, dommage d’avoir choisi une canalisation extérieure pour certains conduits d’eau potable, et de ne fournir qu’en option le chauffage et l’isolation du réservoir d’eaux usées.
Installation électriqueBatterie supplémentaire fournie de série, composants CBE dernière génération, éclairage entièrement à leds. Bonne disponibilité de prises électriques à l’intérieur du véhicule. Câbles électriques installés dans des cannelures, boîtes de dérivation de qualité domestique.
Gaz
Soute un peu haute par rapport au sol mais bien réalisée et conçue pour une bouteille de 10 kg et une de 5 kg. Réducteur de pression GOK, tuyaux en acier, 3 vannes d’isolement.
Chauffage
De série, le Webasto AirTop 2000 compact semble approprié mais certainement pas surdimensionné par rapport au cubage du véhicule. Possibilité excellente de demander d’installer AirTopEvo 3900, plus puissant, ou directement DualTop qui intègre le boiler et apporte un plus en ce qui concerne la puissance et l’autonomie.
Mobilier et ameublementMeubles modernes et de tendance, avec des assortiments originaux, de beaux bords en bois massif et en laminé. Formes douces, charnières de qualité domestique, cloisons intérieures revêtues et molletonnées, certains éléments moulés directement en résine polyester.
Coussinage, matelas et habillageDeux formes de coussinage pour le salon, deux revêtements de série et six en option pour une grande possibilité de personnalisation des intérieurs. Sommiers à lattes et matelas MemoryFoam pour des lits toujours prêts.
En voyage
Facilité de conduiteAgile et maniable, aussi bien pendant la conduite que dans les manœuvres. Excellent en ce qui concerne l’absence de bruits et la stabilité lorsque le véhicule est en marche.
Confort des places assisesFauteuils avant réglables et avec accoudoirs, banquette du salon dans le sens de la marche pas très large pour deux personnes, mais confortable grâce au dossier ergonomique et aux appuie-têtes. Le système de fixation de ces derniers peut être amélioré.
Vue panoramiquePlus que bonne car le salon est dans le même plan que la cabine de conduite et permet une vue aisée de l’avant, y compris pour les personnes qui voyagent à l’arrière. Les baies du salon et de la cuisine, presque symétriques, offrent une vue latérale remarquable.
ClimatisationLa climatisation cabine ne fait pas partie de la fourniture de série. En hiver, on peut utiliser le chauffage Webasto en toute tranquillité lorsqu’on roule.
En stationnement
SalonDemi-dînette compacte mais très bien agencée. Panoramique, lumineuse, accueillante et confortable, elle tire parti des possibilités offertes par la table qui peut être allongée et élargie, et recevoir ainsi tranquillement les quatre personnes prévues dans l’homologation.
LitsLes dimensions du lit parental arrière sont dans la moyenne. Très bien aménagé, matelas de qualité et sommier à lattes. Le lit de pavillon avant, au moins sur ce tout premier prototype, peut être amélioré pour certains détails : le constructeur nous informe qu’il est en train de travailler à l’amélioration du confort et à la facilité d’utilisation.
La cuisineConsidérant que le CitySuite a les mêmes dimensions que le fourgon Fiat classique, le bloc cuisine est réellement impressionnant : bien aménagé, lumineux, fonctionnel et plein de possibilités de rangement (surtout dans le bas), il offre tout ce dont on a besoin et peut même recevoir une hotte aspirante, offerte en option.
Cabinet de toiletteBien organisé et exploitable, très beau mobilier mixte laminé/résine polyester. Lavabo pratique, disponibilité des espaces de rangement plus que bonne. Moins bien pour l’accès, dont la porte est un peu trop basse. Pièce encore une fois vaste et lumineuse.
DoucheElle est moulée dans le cabinet de toilette, et utilise logiquement son plancher (en résine polyester) et la vidange (majorée). Sur le prototype testé dans ce numéro de CamperOnTest, le rideau de séparation n’avait pas encore été monté.
Dégagement et circulation dans l’habitacleEn tenant dûment compte du fait que la largeur totale est limitée à 205 cm, la facilité de circulation dans l’habitacle est réellement surprenante. C’est le fruit d’une étude dimensionnelle pointue et d’un ameublement ergonomique, sans saillies, capable d’exploiter parfaitement les espaces à disposition.
Capacité de rangementBonne par rapport aux exigences d’un équipage type. Les placards ne sont pas des plus profonds, mais les tiroirs de l’espace de chargement et le coffre dans le salon permettent de récupérer de vastes espaces utiles pour le rangement.
Coffres et soutes garageL’espace de chargement arrière est assez vaste, régulier et accessible, surtout de l’extérieur, grâce à la trappe de type automobile. Moins convaincante, l’absence d’une cloison de séparation de l’habitacle et des crochets classiques de fixation du chargement.
Gestion du véhicule
Capacité de chargement et charge utileLa version de base assure une marge particulièrement confortable, avec environ 8 quintaux utiles disponibles. Même si l’on demande le lit de pavillon et que l’on pioche dans le (vaste) catalogue des accessoires, la marge utile reste toujours rassurante.
AutonomieL’autonomie en eau est dans la moyenne de la typologie, avec 100 litres d’eau potable. Il reste cependant quelques perplexités quant à la capacité de 50 litres seulement du réservoir d’eaux usées. L’autonomie électrique est résolument mieux, avec une batterie supplémentaire de bon ampérage, des composants de qualité et un éclairage à leds. Assez bien également en ce qui concerne le gaz, surtout pour ceux qui demanderont un véhicule avec chauffage et boiler Webasto DualTop à gazole.
Facilité d’entretienAccessibilité aux organes mécaniques originaux. Installation électrique regroupée et facile d’accès, chauffage au gasoil installé dans le bas de caisse. La pompe à eau et le boiler sont accessibles depuis l’espace de chargement. Sur le véhicule testé dans ce numéro de CamperOnTest, le tableau de commande du boiler n’est vraiment pas bien placé.
Rapport prix/performancesLes dimensions sont exactement celles du fourgon Fiat, mais la recherche, l’isolation, l’élégance et les espaces intérieurs sont résolument supérieurs et très proches des autres réalisations de la Maison Wingamm. L’exploitation des espaces intérieurs frise l’excellence, et le CitySuite étonne quant à la facilité d’utilisation des aménagements et à la sensation de dégagement qu’il transmet. La carrosserie monocoque en résine polyester, et les nombreuses particularités qu’elle possède (charnières, trappes intégrées, isolation, serrures électriques) requièrent des usinages coûteux, qui finissent inévitablement par se répercuter sur le prix d’achat final. Vastes possibilités de personnalisation tant techniques que stylistiques, mais attention aux prix qui, à cause d’une fourniture de série assez limitée, peuvent varier sensiblement selon les options demandées.

Les évaluations sont le résultat de l’analyse du véhicule qui a été faite au moment de l’essai, compte tenu des informations disponibles sur les fournitures de série, des offres du marché au même moment, et de la fourchette de prix se rapportant au véhicule testé.

Ce qui nous a particulièrement convaincus…

L’esthétique est réussie, fluide, moderne et personnelle, tout en ayant des lignes plutôt simples, surtout celles du panneau latéral. Le lit de pavillon, disponible en option, s’intègre très bien dans un ensemble compact et bien proportionné, donnant du caractère au panneau frontal qui y gagne en dynamisme et en punch grâce à la nervure centrale couronnée par l’intégration du grand Sky View Dometic, et au panneau latéral qui abandonne un profil exclusivement linéaire au profit d’un agréable double niveau doux et discret.

L’association avec la mécanique de base est pour le moins parfaite, comme le veut la tradition Wingamm, avec cet assemblage capable d’intégrer à la perfection la cabine de conduite et la coque avec un naturel vraiment enviable, en gardant l’échancrure centrale et en reprenant, au moins à l’arrière, un air de famille évident avec le Ducato fourgon grâce aux groupes optiques Fiat. La coque de style résolument automobile se caractérise par une absence totale de joints, de scellements ou d’éléments de raccord, réalisant un ensemble extrêmement fluide et raffiné. Son allure résulte de l’usinage savant des formes et il n’a pratiquement pas besoin de graphisme. Réalisations d’anthologie : la coque monolithique, la porte et les trappes, toutes moulées en résine polyester, les charnières T.HI.R.D. totalement invisibles et le système Safety-Lock pour le verrouillage électrique et centralisé de toutes les ouvertures de service : exactement tout ce que l’on trouve sur une voiture moderne. L’association avec la mécanique de base est excellente, avec un rapport favorable entre l’empattement (long) et le porte-à-faux arrière (vraiment limité) donnant un bon équilibre entre la maniabilité, l’agilité et la stabilité. De plus, les dimensions limitées contribuent à garantir un vaste chargement utile résiduel. En voyage, les excellentes performances routières apparaissent évidentes d’emblée : aucun bruit, aucun bruissement, aucun tangage ni roulis, excellent amortissement des aspérités et en dépassement, effet d’aspiration pratiquement inexistant : le CitySuite est un grand routier, surtout si l’on demande le moteur le plus puissant. Le 2.3 Multijet II 130 cv présent sur le véhicule en essai est une sorte de compromis entre le petit 2.0 Multijet II et les moteurs plus performants, mais un véhicule exceptionnellement dynamique comme celui-ci mérite d’être demandé avec des motorisations réellement capables de fournir des performances de pur style automobile et de garantir en même temps le plus grand plaisir de conduite, comme le 2.3 MJ TGV de 148 CV et le puissant 3.0 de 177 CV.

Les intérieurs sont originaux, soignés et lumineux : belles alternances de surfaces laminées, de surfaces laquées et d’éléments en bois massif, qui font coexister le design et la fonctionnalité. L’ergonomie à bord est vraiment soignée, avec des espaces faciles à gérer, à utiliser et à vivre. La largeur intérieure plus grande que celle d’une caisse fourgonnée homologue, garantie par le monocoque en résine polyester, est évidente dans toutes les zones du véhicule : dans le salon, qui peut réellement recevoir l’équipage au complet, dans les aménagements, avec un bloc cuisine compact mais exemplaire quant à l’exploitation des espaces, complet avec de nombreux rangements, dans le cabinet de toilette, vaste, régulier et bien agencé. On peut dire la même chose pour l’arrière, avec le lit doté d’un matelas MemoryFoam posé sur un sommier à lattes, de dimensions harmonieuses, facile à utiliser surtout s’il est associé au mécanisme de réglage électrique de la hauteur. Les finitions intérieures sont toujours soignées, avec le molletonage des cloisons et du toit, des revêtements lavables qui relient de manière élégante la cabine de conduite à la cellule d’habitation, le lit de pavillon situé dans un espace raffiné et accueillant. On a vraiment une perception accrue d’espaces raffinés et agencés avec soin. Signalons encore une fois la qualité du mobilier, proposé dans une essence Vintage Wood et caractérisé par l’adoption de composants mécaniques de qualité domestique, ainsi que la qualité des composants, l’installation électrique dans des cannelures, les boîtes étanches de dérivation, le transformateur et le tableau de commande CBE dernière génération, l’éclairage led simple et efficace, les robinetteries en métal chromé, les bondes de vidange en acier inox, d’un diamètre majoré et souvent accompagnées de siphons ou de solutions qui simulent leur présence, évitant l’émanation d’odeurs désagréables provenant du réservoir des eaux usées.

Enfin, la possibilité de personnalisation est à peu près totale : Wingamm offre le CitySuite en combinaison avec quatre propulseurs différents (de 115 à 177 cv) dont les trois plus puissants peuvent être associés à la boîte automatique Confort-Matic, dix teintes extérieures (toutes celles du nuancier Fiat), huit tissus pour l’habillage intérieur (deux de série et six autres avec supplément) et la possibilité de choisir ou pas le lit de pavillon avant longitudinal, vraie particularité des véhicules Wingamm, avec le monocoque (accessoire à demander au moment de la commande car il requiert de modifier le moule frontal de la casquette cabine et d’installer le Sky View Dometic) et le lit arrière à réglage électrique qui facilite sensiblement l’exploitation de l’espace de chargement arrière. De la même manière, le client peut choisir d’augmenter l’autonomie électrique, la puissance et la composition de l’installation de chauffage, opter pour des accessoires et options installés directement pendant la construction, et profiter pleinement des possibilités offertes par la construction artisanale attentive aux détails et capable, comme dans ce cas, de tracer de nouvelles routes.

Ce qui pourrait être amélioré…

Sur ce tout premier prototype, le lit de pavillon est parfaitement intégré au véhicule et bénéficie, comme le veut la tradition Wingamm, d’excellentes finitions et d’un aménagement correct. Cependant, certains aspects nous laissent un peu perplexes : en effet, pour utiliser le lit, il faut un système de rallonge qui implique de rajouter un matelas (que l’on peut placer sur le lit arrière pendant la journée) mais qui oblige chaque fois à défaire entièrement le lit, ce qui ne simplifie pas son utilisation. De plus, le lit de pavillon est littéralement coincé sous le montant avant du Ducato, à environ vingt centimètres du bord supérieur du pare-brise, rattrapant la longueur utile totale de 190 cm.

Il faudra toutefois revoir la longueur des mécanismes : sur ce tout premier véhicule qui est, nous le rappelons, le premier prototype de CitySuite avec lit de pavillon, la partie avant du lit qui recevra facilement la tête des occupants (présence de deux liseuses et du Sky-View panoramique Dometic) a une hauteur utile plutôt restreinte et ne permet pas d’utiliser toute la longueur du lit. Ce problème peut se résoudre facilement en permettant au lit de descendre plus bas, ce qui améliorera sensiblement la hauteur sous plafond utile et la facilité d’accès. Par ailleurs, le lit est près du pare-brise, et ce dernier n’est certainement pas le point le plus isolé du véhicule, à cause de la cabine en tôle d’acier : il serait souhaitable de revoir l’emplacement de la tête des occupants du lit et de le mettre à l’arrière, plutôt qu’à l’avant comme maintenant.

Sur ce premier modèle, l’installation hydraulique propose des solutions peu conventionnelles : le réservoir d’eau potable est situé dans la zone arrière droite du véhicule, au-dessus du passage de roue, alors que la pompe à eau se trouve à l’opposé, ce qui oblige à installer un (long) segment de tuyauterie de raccordement entre les deux. Il y a donc une différence de hauteur entre le réservoir et la pompe, cette dernière étant placée bien plus haut que la cuve qu’elle atteint au bout de trois mètres environ de tuyauterie avec un parcours peu linéaire, ce qui risque de se répercuter sur le débit d’eau fournie aux différents services. Par ailleurs, le véhicule est traversé par les tuyauteries en extérieur, et même s’il est isolé et chauffé, cette solution ne semble pas pouvoir garantir la plus grande sécurité en cas de froid intense. Sur le modèle de CitySuite testé dans ce numéro de CamperOnTest, le coffre du salon est entièrement libre, ce qui permettrait d’y placer facilement le réservoir d’eau potable et la pompe à un seul endroit, d’éviter des segments extérieurs et de placer le tout bien plus près des services de la cuisine et du cabinet de toilette, en maximisant les performances. Toujours en ce qui concerne l’installation hydraulique, nous avons constaté une forte disparité entre la capacité des réservoirs d’eau potable (100 litres) et celle des eaux usées (50 litres) : ce dernier réservoir est placé sous le couvercle, il n’est ni isolé ni chauffé de série (deux options, à 532 euros). S’il était placé dans la partie centrale/droite du faux-châssis Fiat, il serait possible d’installer sans problèmes un réservoir beaucoup plus grand qui équilibrerait l’autonomie fournie par le réservoir d’eau potable.

De série, le chauffage est assuré par un Webasto AirTop 2000 compact de 2 kW de puissance. Il génère un flux maximal de 93 mètres cubes d’air/heure et le renvoie par une canalisation de quatre bouches, ce qui semble peu pour affronter des températures particulièrement basses.

Le chauffage assuré par le plus puissant Webasto AirTopEvo 3900 (3.9 kW de sortie maximale et 136 m3/heure, 457 euros) est résolument plus équilibré et correspond mieux au standing du véhicule et aux (nombreuses) possibilités qu’il peut offrir. La solution idéale est le Webasto DualTop Evo 6 (1537 euros), puissant et compact, qui renferme le chauffage (6kW, 230 m3/heure) et le boiler (11 litres) en un seul appareil, et qui offre un climat parfait à bord dans n’importe quelle condition. Il permet également de libérer l’espace intérieur occupé par le boiler classique à gaz et d’augmenter l’autonomie à bord du véhicule. Pour revenir au véhicule essayé, le tableau de commande du boiler est placé dans une position peu pratique et guère protégée contre les chocs éventuels des objets arrimés dans l’espace de chargement. Toujours sur ce tout premier modèle, celui-ci n’est pas séparé (ou séparable) du reste de l’habitacle, et il n’est pas pourvu de systèmes facilitant la fixation d’éventuels objets chargés.

Un dernier point concerne la fourniture de série : le CitySuite est doté d’un équipement standard plutôt minimal, qui d’une part, permet à tout client d’augmenter sensiblement les possibilités de personnalisation, mais de l’autre, risque de donner un prix final plutôt éloigné du prix initial. Sur un véhicule artisanal et de facture exclusive et recherchée comme celui-ci, certaines fournitures sont désormais « incontournables » et mériteraient d’être proposées de série. C’est le cas de la mécanique de base, du double airbag avant (302 euros), de la climatisation manuelle (1331 euros), du pare-chocs avant peint (223 euros), des rétroviseurs électriques (229 euros), du système de contrôle de la stabilité ESP comprenant TractionPlus et Hill-Holder (544 euros), mais aussi des accoudoirs pour les sièges (181 euros), éléments essentiels sur un véhicule aux excellentes qualités de route, qui se propose en remplacement idéal d’un monospace classique. Nos remarques continuent avec la cellule d’habitation, où le lit arrière réglable en hauteur, indiscutablement plus que sur l’installation de base, n’est qu’en option (2032 euros), alors que le lit de pavillon avant a un supplément plutôt élevé (4573 euros) à cause des modifications importantes qu’il faut effectuer sur la coque au moment de la construction (avec des moules spéciaux à l’avant). Encore en option : le marchepied électrique (447 euros), la hotte aspirante (350 euros), le chauffage et l’isolation du réservoir des eaux usées (532 euros). Signalons l’absence d’un rideau de séparation en arc de cercle dans cabine de conduite, qui offre l’intimité nécessaire une fois à l’étape.

En conclusion

On peut se contenter de parcourir une route, en se limitant à apprécier simplement le voyage, ou essayer d’en tracer de nouvelles, en acceptant le risque d’un parcours inconnu : dès sa création en 1977, Wingamm a choisi la voie de l’originalité, de la créativité et de l’expérimentation. Une façon d’entendre le véhicule de loisirs qui a donné naissance à la très heureuse série Oasi, à l’Ibis, à l’incroyable motorhome CX, dont le design est toujours actuel, aux Performer, Spinnaker, Micros, à la caravane Rookie, aux Brownie jeunes et compacts. Cette année, l’entreprise évolue et se renouvelle sous le signe du somptueux vaisseau Grand Cru sur Mercedes-Benz Sprinter et dans le tout nouveau et unique CitySuite, hybride entre camping-car pur et profilé monocoque, qui se démarque résolument de tous les concepts standard liés aux catégories des véhicules de loisirs. Ce n’est pas un hasard si l’un des slogans de Wingamm est « Forget All Standard Concept », oubliez tous les concepts standard : le nouveau-né dans l’atelier d’Arbizzano di Negrar est vraiment quelque chose de nouveau, et n’a probablement pas son pareil. Rapide et stable comme un fourgon, plus agile et facile à conduire que le fourgon Fiat classique grâce à un empattement mieux rapporté à la longueur, plus élégant, mieux fini, spacieux avec des intérieurs dignes d’un profilé « normal » et objectivement stupéfiants quant à l’exploitation optimale des espaces, c’est un véhicule à découvrir, pratique à utiliser et agréable à vivre.

En effet, nous avons un arrangement optimal des espaces de jour, de nuit et des services, vastes et bien agencés, lumineux, originaux et agréables, qui s’insèrent à la perfection dans un véhicule né pour oser, pour sortir des sentiers battus où les véhicules de loisirs ont trop souvent tendance à s’enfermer. Le « new deal » est évident dans le styling des intérieurs, qui n’essaient pas d’imiter un bateau, qui ne veulent pas épater avec force lumières et chromages, mais qui s’inspirent des études les plus récentes sur le design d’intérieur et choisissent des combinaisons extrêmement contemporaines, lumineuses, agréables et dans l’air du temps, absolument uniques dans le panorama national et international. Cela est évident dans les extérieurs, simples, fluides et élégants, surtout s’ils sont associés à la peinture métallisée qui souligne une fois encore la netteté des lignes et la combinaison parfaite entre la forme de la mécanique de base et celle de la cellule d’habitation. C’est encore plus évident dans le concept même du véhicule, qui ne se limite pas à composer avec les encombrements du fourgon mais qui en prend l’âme polyvalente en concentrant son attention sur le développement optimal de ses possibilités, sans aller chevaucher les autres modèles de l’usine véronaise (en premier lieu les Brownie, mais aussi les compacts Oasi 540). Il choisit sa propre voie et vise une cible de clientèle précise et définie. Inutile de le souligner : avec les caractéristiques et les particularités dont il est porteur, le CitySuite ne peut pas se comparer, au niveau du prix, à un fourgon traditionnel. On peut le comparer à des réalisations de même niveau, recherchées et souvent fabriquées artisanalement, certainement pas avec des véhicules qui font du prix concurrentiel leur principal atout. En effet, un monocoque en résine polyester a un coût (et un travail) bien plus élevé que pour un véhicule à panneaux traditionnel ou que pour un fourgon, surtout lorsqu’on parle d’une réalisation enrichie de solutions technologiquement avancées telles que les trappes et charnières intégrées ou les serrures électriques, qui déplacent de beaucoup l’aiguille de la balance vers une entrée sérieuse dans le domaine de l’automobile. Le CitySuite n’est pas un véhicule économique. Ceux qui le choisissent ne vont pas concentrer leur attention sur le prix de catalogue, mais sur les possibilités offertes par ce véhicule, avec ou sans lit de pavillon. Sur la qualité de vie (statique et dynamique) qu’il est à même d’assurer, sur les avantages qu’il peut générer en se proposant comme maillon de liaison entre deux mondes (le fourgon et le camping-car). Le CitySuite peut être amélioré par différents aspects, dont beaucoup sont liés au statut de prototype du modèle essayé, qui a pris la route à peine sorti des ateliers Wingamm. Il démontre encore une fois le dynamisme de l’entreprise véronaise, capable d’investir en idées et en créativité, d’oser et de tenter d’être différente, une fois de plus, de tout le reste du panorama national. Une mission que ce véhicule remplit de manière convaincante et ordonnée, en visant des équipages experts qui souhaitent un camping-car particulier, un grand monospace, un profilé monocoque et un véhicule spécial, tout en un.

Références et contacts du fabricant

Wingamm – Turri e Boari S.n.c.
Via Leonardo da Vinci 1 – Arbizzano di Negrar – VR
Tel. 045 75 13 715 – Fax 045 60 20 478 – E-mail: info@wingamm.com
www.wingamm.com

Photogallery

Nos remerciements pour la collaboration vont à : Wingamm – Turri e Boari S.n.c.

Via Leonardo da Vinci 1 – Arbizzano di Negrar – VR
Tel. 045 75 13 715 – Fax 045 60 20 478 – E-mail: info@wingamm.com
www.wingamm.com

Michel

Comments are closed.